Focus sur les revues de l’INRA hébergées par HAL

Fin 2012, l’INRA a fait le choix de HAL pour archiver et diffuser les revues qu’il édite ou a éditées. HAL permet ainsi à l’INRA de répondre à la fois à sa volonté de promouvoir le libre accès et aux nécessités d’une conservation pérenne : la diffusion des revues est en effet soumise aux marchés avec les éditeurs.

Un partenariat INRA-CCSD

Une collection générique pour toutes les revues a été créée et chaque revue constitue une sous-collection. 25 collections ont ainsi été créées par le CCSD ; leur personnalisation a été assurée par le Pôle Publication et Communication Scientifique de l’INRA. L’équipe du CCSD a réalisé fin 2014 un import massif à partir des fichiers fournis par l’INRA, puis d’autres imports au fur et à mesure de la création des collections et de la disponibilité des archives.

revues_INRA_HAL

Soutien de la démarche d’archivage sur HAL par l’éditeur Springer

A partir de 2011, l’INRA a choisi  Springer pour l’édition et la diffusion de quatre de ses publications. Depuis 2016, le nombre de revues publiées par Springer est passé à cinq. Il s’agit des revues Apidologie, Annals of Forest Science, Dairy Science and Technology, Agronomy for Sustainable Development et Review of Agricultural, Food and Environmental Studies.

Depuis début 2016, les articles sont directement reversés dans HAL par Springer, dans le format éditeur, grâce au protocole SWORD. Le libre accès aux articles est possible après une période d’embargo de 12 mois.

Une visibilité accrue

Cette collaboration offre une visibilité très intéressante pour HAL puisque sur la page de chacune des revues concernées, un lien est fait sur la collection dans HAL.

Apidologie

Depuis leur mise en ligne fin 2014, les archives des revues INRA, représentant aujourd’hui plus de 25000 articles, ont été très fortement consultées. Pour 2015, le nombre moyen de consultations pour chaque article s’échelonne entre 100 et 550 selon les revues.

Ce partenariat pour les revues INRA est un bel exemple de synergie pour une meilleure visibilité de la recherche.

(Un grand merci aux membres du Pôle PCS de l’INRA pour la relecture de ce billet)